Sélectionner une page

Les rêves, c’est ce qu’on fait lorsqu’on dort.

Et c’est exactement ce que faisaient les réacteurs des centrales nucléaires japonaises depuis la catastrophe de Fukushima-Daiichi, le 11 mars 2011, ils étaient “en sommeil”, ils dormaient. Peut-être qu’ils rêvaient. Dans leurs rêves, ils rejetaient des vapeurs d’eau colorées pour amuser les enfants, des trucs sans Radium ni Cesium 137 ni rayonnement bêta, ni rien qui ait à voir avec les malformations ou les cancers, juste de grosses barbapapas rose et bleues qui allaient jouer avec les nuages, sur une petite musique de cirque avec des singes à cymbales. Les enfants étaient sympas avec eux, ils venaient de loin pour les voir, ils se faisaient prendre en photo devant, ils couraient et ils jouaient au cerf-volant sur la plage, à deux pas. On entendait leurs rires et leurs éclats de voix. C’était un vrai rêve de réacteur.

En fait, ça faisait rêver tout le monde. Le Japon était la première nation à renoncer du jour au lendemain au risque nucléaire.

Hier, le réacteur numéro 3 de la centrale d’Oi, dans le Kansai, a été réveillé.

Les raisons invoquées sont, bien sûr, la hausse de 10% du prix de l’électricité qui handicape les entreprises (décidément très fragiles sans doute) et… la nécessité absolue de la climatisation en été, représentant un incontournable pic de consommation!

Le réveil a sonné. Il va falloir s’habituer de nouveau à vivre dans un monde sinistre, cynique et normal.

Good morning Japan !

Pin It on Pinterest

Share This

Share This

Share this post with your friends!

%d blogueurs aiment cette page :